Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Finances locales - Grand Stade

Euro 2016 à Bordeaux : un document révèle que le budget passe de 4,74 à 9,1 millions d’euros !

Alors que le Conseil d’État vient tout juste de le condamner pour avoir communiqué aux élus un coût du nouveau stade deux fois inférieur à ce qu’il était en réalité, le Maire de Bordeaux va présenter au prochain Conseil de Métropole la nouvelle facture pour les festivités de l’Euro 2016 à Bordeaux, et elle est extraordinairement salée !

nouvelle-facture-uefa-2016Le 25 février dernier, je révélais que la Fan zone bordelaise allait coûter 1 million d’euros supplémentaire, une augmentation notamment due aux contraintes de sécurité. Finalement, le budget a littéralement explosé puisqu’il passe de 4,74 à 9,1 millions d’euros.

Le 29 mai 2015, les élus métropolitains votaient un budget compris entre 4,6 millions (mini) et 4,74 millions (maxi). Le coût net pour la métropole (une fois les recettes et les subventions déduites) oscillait entre 2,6 et 3,44 millions d’euros.

Dans la nouvelle délibération dont la rédaction et la sincérité laissent grandement à désirer, le budget passe à 9,1 millions d’euros (Alain Juppé s’est hasardé à présenter une facture nette -soit 2 millions- de la Fan zone pour minorer son budget global qui est de 4 millions). Le nouveau coût net pour le contribuable métropolitain est maintenant compris entre 4,8 et 5,1 millions d’euros !

Sur ces 9,1 millions d’euros de budget, l’argent public mobilisé (collectivités et État) s’élève à 6,05 millions d’euros, soit une prise en charge par le public de 66% de la facture. La participation de l’UEFA est estimé à 520.000 euros, soit 5,71% du budget (le reste des recettes provenant essentiellement de la commercialisation des espaces de la Fan zone).

Cette débauche d’argent public pour un tout petit mois de festivités et après avoir dépensé des dizaines millions d’euros pour le Grand Stade donne le tournis. Alors que Bordeaux manque dramatiquement d’équipements de proximité et que près de 20% des Bordelais vivent sous le seuil de pauvreté, ces dépenses apparaissent cruellement indécentes.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *