Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Grand Stade - Partenariats Public-Privé

Je dépose un recours contre le Grand Stade

2010

Le 25 janvier 2010, le Maire de Bordeaux a lancé officiellement le projet de Grand Stade. Mobilisant au moins 65 millions d’euros de fonds publics, ce projet est parfaitement anachronique au regard de la précarité et de la misère qui frappent de nombreux girondins. Plusieurs voix se sont élevées pour demander au Maire de Bordeaux de renoncer à cette incroyable gabegie mais il y est resté sourd. Le débat politique n’ayant pas permis de raisonner le Maire, j’ai décidé, en concertation avec les élus de ma sensibilité et soutenu par de nombreux girondins, de déposer un recours contre ce projet. Une requête de 21 pages a donc été enregistrée au tribunal administratif de Bordeaux ce mercredi 24 février. Grâce au concours de plusieurs juristes, dont Simon Thirot, étudiant en droit à Bordeaux IV, et après un mois de travail approfondi, neuf illégalités ont été identifiées. Ces illégalités entachent la délibération du 25 janvier qui permet au Maire de recourir au contrat de partenariat public privé. Cette démarche s’inscrit dans une volonté farouche de faire échec à ce projet. Je ne suis pas hostile à l’équipement en tant que tel, je suis en revanche, comme beaucoup d’autres, atterré qu’autant d’argent public soit englouti pour du sport spectacle dans ce contexte. Mes précédentes interventions : [devant le président du Club|/v2/index.php?post/2009/10/02/Ma-question-%C3%A0-Jean-Louis-Triaud], [lors du Conseil municipal du 25 janvier 2010|/v2/index.php?post/2010/01/30/Pas-de-financements-publics-pour-le-Grand-Stade-%21-Mon-intervention-au-Conseil-municipal-du-25/01/10].

3 Comments

  1. Tout-à-fait d’accord. Il fut aussi soutenir le refus du CG33 de s’engager dans le financement d’une entreprise de spectacle (que j’apprécie personnellement) et d’un espace marchand mais qui ne rapporte rien en retour aux Girondins (de Bordeaux et d’ailleurs) pas même semble-t-il de la taxe sur les spectacles et (plus du tout?) de taxe professionnelle. Peut-être de la taxe foncière? Mais pour quel rendement? Il conviendrait également qu’aucune autre collectivité ne s’engage dans un tel investissement pour gagner quelques milliers de places qui ne seront pas toujours occupées. Et puis que fera-t-on du stade actuel (qui ne peut être détruit du fait de son architecture représentative des années 30).
    Plusieurs dizaines de millions d’€ certes empruntés seraient sûrement d’une autre utilité, publique celle-là.
    Amicalement, Patrick Klebaner

  2. Monsieur,

    Je dois vous le dire tout de suite : je suis de droite.
    Mais Dieu sait que je vous soutiens dans mon démarche.
    Que le tribunal vous donne raison.

    S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *