Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Logement à Bordeaux

Phénomène Airbnb à Bordeaux : une campagne pour le faire reculer

Des témoignages que nous recueillons depuis la rentrée, la crise du logement à Bordeaux n’a jamais été aussi forte. De nombreux étudiants par exemple n’ont toujours pas trouvé d’appartements et ceux qui sont proposés sont souvent dans un état pitoyable ou avec un loyer prohibitif. La vice-présidente de l’Université de Bordeaux en a appelé solennellement aux enseignants disposant d’une chambre ou d’un logement à les proposer aux étudiants. Il n’est même quasiment plus possible pour un couple au SMIC d’obtenir un logement sur Bordeaux.

L’augmentation démographique, l’attractivité de la ville, le manque de logements sociaux expliquent en partie la situation. Un autre phénomène vient considérablement aggraver la crise à Bordeaux, il s’agit de la location de vacances en meublé de tourisme. De très nombreux logements dédiés jusqu’ici à la résidence principale basculent dans le parc des logements exclusivement offerts aux touristes.

La réglementation bordelaise pour limiter ce phénomène d’ « airbnbisation » n’entrera en vigueur qu’en mars 2018 et il n’est pas certain qu’elle produise des effets notables. En effet, Paris qui a été une des premières villes Françaises à mettre en place une limitation du nombre de nuitées proposées à la location touristique et un contrôle pour la rendre effective a tout de même vu le nombre d’offres Airbnb augmenter de 53% en un an.

Dans ce contexte, il nous est apparu important de sensibiliser les Bordelaises et les Bordelais aux conséquences du phénomène d’airbnbisation. Une prise de conscience collective peut faire reculer ce mouvement nocif pour le logement dans notre ville et qui vient considérablement remettre en cause le droit à la ville.

Une campagne a ainsi été imaginée. Elle se présente sous la forme d’un accroche-porte (édités à 6000 exemplaires) rappelant les grands chiffres de Bordeaux et invitant les habitants à indiquer ce qui pour eux serait un « Airbnb responsable ». Issus de l’Observatoire Airbnb, ces données rappellent que :
1) Bordeaux est devenue la 2ème ville la plus « airbnbisée », On compte 19 offres pour 1000 habitants (à Paris, le ratio est de 20 pour 1000)
2) 84% des logements entiers proposés sur la plateforme sont exclusivement dédiés à la location touristique
3) 65% des logements sont des petites surfaces (leur disparition du parc locatif traditionnel sanctionne donc en premier lieu les jeunes et les familles modestes)
4) En terme de foncier, Bordeaux est devenue la deuxième ville la plus chère de France après Paris et les prix à la location ont augmenté en un an en moyenne de 11%

Cette campagne est portée par le Laboratoire Bordelais. Cette association rassemble des Bordelais de tous âges, désireux de questionner la vie bordelaise et de faire émerger de nouvelles pratiques plus solidaires, pour un Bordeaux plus accueillant, accessible à tous et agréable à vivre au quotidien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *