Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Requalification de Saint-Michel

Quartier St Michel : quand requalification sonne comme gentrification

2011

Les articles de presse, au sujet des transformations à venir du quartier Saint-Michel, sont plutôt enthousiastes quant aux résultats attendus après travaux. Rien d’étonnant à cela : seule la Mairie de Bordeaux – pilote du projet – donne sa vision des choses.

Après l’avoir laissé à l’abandon pendant plusieurs décennies, la municipalité a enfin décidé de s’occuper de St Michel. Lors du vote de la délibération concernant la requalification, j’ai exprimé mon appréhension de voir dans ce projet une volonté d’aseptiser le quartier.

Ce qui aurait pu être un motif de satisfaction représente aujourd’hui pour de nombreux bordelais un sujet de vive inquiétude. Historiquement, le quartier St Michel est généreux envers ceux qui cherchent du lien, de la convivialité, de la bonne humeur. C’est le lieu de la débrouille et de l’entraide. On connaît son voisin et les acteurs de terrain. Les nationalités s’y mélangent et il donne l’asile à ceux qui ne peuvent pas se loger ailleurs. Les associations y sont très actives, les repas de rue joyeux et le quartier compte parmi les incontournables son marché et sa brocante.Ce qui fait que St Michel est St Michel tient en tout premier lieu aux personnes qui le peuplent et qui l’animent.

La subtile alchimie est pourtant aujourd’hui gravement menacée et c’est tout un pan de l’histoire de Bordeaux que la Mairie de Bordeaux se préparer à effacer. Parce qu’elle refuse sciemment de prendre les décisions qui s’imposent, la municipalité conjugue requalification et « gentrification »*. Autrement dit, après les travaux, l’espace sera beau, il sera propre mais la magie qui fait St Michel finira de s’éteindre. Pourquoi ? Parce que la requalification accentue la forte inflation du coût du foncier et des loyers. Les spéculateurs ont déjà anticipé et les prix de l’immobilier ont lourdement augmenté. Ceux qui avaient un logement pour un loyer raisonnable sont contraints de quitter le quartier. Les familles que le Maire de Bordeaux prétendait vouloir faire revenir s’en vont également au point qu’il existe pour la rentrée prochaine un risque de fermeture de classe à l’école maternelle des Menuts.

En refusant d’investir à la hauteur des enjeux pour que les logements sociaux de fait deviennent des logements sociaux de droit, la Mairie de Bordeaux chasse la population qui donne une identité à St Michel. C’est ainsi que se programme le consciencieux dé tricotage social du quartier.

Malgré les moyens colossaux engagés dans cette opération de requalification électorale je fais le pari que St Michel ne se laissera pas faire. Ce quartier est fier et il résistera. Pour ma part, je serai comme depuis le début de mon mandat aux côtés de tous ceux qui voudront protéger ce coin unique de Bordeaux.

*Gentrification : terme sociologique définissant un phénomène d’embourgeoisement clairement démontré : la rénovation des bâtiments et l’accroissement des valeurs immobilières exercent une pression sur les pauvres qui se déplacent vers des secteurs moins prisés, entraînant une forme de ségrégation.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *