Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in En bref

Chez Alain Juppé, la greffe écolo n’a pas pris

Lors du Conseil de quartier de ce soir (Saint-Michel, Victoire, Capu), Alain Juppé, écolo de la dernière heure, s’est risqué à évoquer l’angélique des estuaires. Cette plante rarissime (protégée au niveau mondial) a été malencontreusement décimée par la mairie de Bordeaux en 2005 lorsque la collectivité a donné l’ordre de nettoyer le site de la Fête du Fleuve, manifestation destinée à promouvoir … la biodiversité ! Ce soir donc, M. le Maire, très étourdi, a rebaptisé angélique des marais$$L’angélique des marais est le nom parfois donné à l'[angélique de Niort|http://www.angelique-niort.com/]. Cette dernière, contrairement à l’angélique des estuaires, est cultivée.$$ l’angélique des estuaires. Pire, il rassurait les habitants : « Ne vous inquiétez pas, nous la replanterons ». Les commissions nationales, européennes et mondiales qui se sont penchées sur la question vont être vivement intéressées. Comment Monsieur le Maire de Bordeaux compte-t-il replanter une espèce en voie de disparition, présente dans seulement quatre estuaires dans le monde et dont tout le monde ignore à ce jour les conditions exactes de reproduction ? Ce dossier avait fait l’objet de ma première « enquête citoyenne ». J’étais alors animateur fédéral du [MJS Gironde|http://www.mjs33.org/]. Au cours d’une réunion liée au Forum social local, Olivier Sigaut, un écologiste, déplorait la destruction de cette plante. Notre enquête avait permis de déterminer qui avait effectué le nettoyage du site (le Port Autonome), qui en avait donné l’ordre (la Mairie de Bordeaux), quand (en juin 2005) et dans quel but (pour nettoyer le site en vue de la Fête du Fleuve). Cette affaire nous avait aussi donné l’occasion de travailler sur le projet plus global de l’urbanisme et de l’aménagement des quais. Vous pouvez retrouver le [dossier de l’époque|http://matthieu-rouveyre.fr/telecharger/En_Off/angelique_des_estuaires/MJS33-angelique-des-estuaires.pdf] (pdf 387 ko) et [le tract que nous diffusions pour alerter les Bordelais|http://matthieu-rouveyre.fr/telecharger/En_Off/angelique_des_estuaires/tractangelique.pdf] (pdf 102 ko). A ce jour, nulle mesure de protection ou de mise en valeur de cette plante n’a encore été prise dans notre ville, alors que d’autres, [comme Nantes|http://www.pays-de-loire.ecologie.gouv.fr/article.php3?id_article=146], ont agi. A notre connaissance, la DIREN (Direction régionale de l’environnement) n’a toujours pas dressé d’inventaire ni mis en demeure la Mairie de Bordeaux de protéger l’espèce. Pire, les travaux des quais détruisent progressivement les sites sur lesquels l’angélique poussait. Il ne suffit sans doute pas de tenir des conférences avec Nicolas Hulot pour prouver la consistance de son engagement en faveur de la protection de l’environnement.

5 Comments

  1. Il se dit ça et là que le Maire de Bordeaux est pressenti pour devenir le vice-premier ministre à l’environnement et au développement durable en cas de victoire de NS… Camarades, ça promet…

  2. Et la greffe n’a pas pris mais le nouveau président des Français a tenté les OGM en refilant le ministère à … Juppé notre exilé national !

    Wait and see… seuls ses actes parleront !
    Amitiés socialistes

  3. Si la greffe écolo n’a pas pris avec Juppé elle n’est pas trop enracinée chez l’élu socialiste de base qui réduit l’écologie à la mise en danger de cette plante rare. Heureusement que vous avez alerté les bordelais, je suis sûr qu’ils étaient des milliers à se sentir concernés…Prenez des cours d’écologie politique chez les Verts voire chez Juppé qui a bien bossé la question!Sinon Mathieu révise vite avant les élections à moins que tu n’aies pas la fibre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *