Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Extrêmismes

Eglise Saint Éloi : combien ça coûte ?

2010

En 8 ans d’occupation, le cadeau de la Mairie de Bordeaux en faveur de l’association Saint Éloi est estimé par les services de la Ville à plus d’un million d’euros. Chaque année, la commune est tenue de valoriser les prestations en nature accordées aux associations (article L. 2313-1 du CGCT).

On retrouve cette somme en annexe du Compte administratif de Bordeaux. Pour l’association Saint Éloi, cette somme s’élève à 132.300 euros par an, soit 1.058.400 euros pour 8 ans d’occupation. A ce prix, il y a sans doute d’autres manières de valoriser le patrimoine bordelais. Voir compte administratif 2007 (page 92), compte administratif 2008 (page 82).

4 Comments

  1. Merci à la Mairie ! Avec les impôts locaux hors de prix qui sont payés dans cette ville, on peut bien entretenir les églises : c’est d’ailleurs l’obligation de la marie depuis la confiscation des biens de l’église. Je n’y trouve rien à redire.
    Ou alors restituez à l’église tous son patrimoine, COMME VOUS L AVEZ TROUVE !

  2. Anis vert : je ne suis pas certain que l’Église souhaite devenir propriétaire de ce coûteux patrimoine. Je ne suis pas certain qu’en France, elle ait les moyens financiers de l’entretenir.

  3. Personnellement je suis pour que l’Eglise récupère son patrimoine et qu’elle le gère !! Je trouve scandaleux que l’argent des impots de tous les français serve à financer des lieux de culte ou alors il faut les financer tous , mosquées, temples…Cela éviterait ce genre de dérives.
    Comme je trouve invraisemblable que l’école mise en cause dans le reportage soit encore ouverte! Il me semble que certains ont été poursuivis pour moins que ça .

  4. Gérard, Les batiments anciens qu’ils soient religieux ou pas constituent un patrimoine national à haute valeur culturelle. L’Eglise n’a pas les moyens financiers d’entretenir ses églises, c’est indubitable. Attention aux solutions simplistes. D’un simple point de vue matérialiste, la visite par les touristes des églises romanes ou gothiques – voire d’églises plus récentes – a des retombées financieres conséquentes pour les commerçants et hoteliers des cités. En terme d’emploi, les retombées des visites touristiques de lieux sacrées sont conséquentes pour les non-croyants eux-mêmes. Il n’est que de le voir à Bordeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *