Matthieu Rouveyre : Élu local bordelais

in Grand Stade

Grand stade : le prix de l’ego !

2011
Esquisse du projet, Fayat pour la ville

Voici la tribune qui sera publiée dans le prochain Bordeaux Magazine.

Grand stade : le prix de l’ego !

Sur la durée du contrat, le Grand Stade va coûter environ 550 M€, l’essentiel de cette somme engageant directement la puissance publique et plus particulièrement la ville de Bordeaux.

Contrairement à ce que prétend le Maire, nous pouvons aimer le football, supporter l’équipe des Girondins et refuser que l’argent public finance un tel équipement. Le Club est une entreprise privée avec un actionnaire qui est légitimement préoccupé par ses parts de marché, son image de marque et sa rentabilité. Un Grand Stade est pour le groupe M6 l’assurance de valoriser davantage son patrimoine économique et l’on peut comprendre son attachement à ce projet.

Toutefois, nous disons que les impôts de tous ne doivent pas servir à enrichir quelques uns. Autrement dit, si l’actionnaire du Club veut un Grand Stade, qu’il se le paye. C’est l’idée qu’aurait du défendre le Maire de Bordeaux car il a le devoir de protéger les intérêts des citoyens, tout particulièrement en temps de crise. Au lieu de cela, Alain Juppé a fait le choix de se ranger aux côtés de la puissance économique qu’il satisfait en faisant les poches des bordelais.

Il faut bien mesurer l’implication d’une telle décision. Le loyer de plusieurs millions d’euros que devra payer la ville chaque année va énormément anesthésier les marges de manœuvre politiques. En temps de crise, ce n’est pas fromage et dessert. Alain Juppé ayant choisi d’engager les financements dans le sport spectacle, ce sont les équipements publics de proximité qui seront sacrifiés. Il faut donc oublier les projets de création de crèches, de réhabilitation des écoles, de construction de piscines …

Sur ce dossier, le groupe socialiste a décidé de mener le combat jusqu’au bout. Bien entendu, nous avons voté contre les délibérations liées à ce projet mais nous estimons qu’il est tellement contraire à l’intérêt général que nous avons décidé, depuis le début, d’obtenir son retrait devant le tribunal administratif. Notre première action devant le juge a obligé le Maire a corriger le document de lancement de la procédure qui ne prévoyait rien d’autre que l’exclusion totale des activités de service public dans l’enceinte du Stade !

Dans quelques jours, nous reprendrons le chemin du tribunal pour présenter un recours contre le contrat lui-même dont nous considérons, comme nous venons de l’évoquer, qu’il est très nettement désavantageux pour la puissance publique. Cette action est une des dernières chances pour faire échec à cette hérésie.

Toutefois, il reste encore la possibilité au Maire de Bordeaux de changer d’avis. Nancy, également candidate à accueillir la coupe de l’UEFA, vient de jeter l’éponge car les élus ont considéré que les contribuables étaient trop exposés aux risques financiers. Il n’est pas inutile de rappeler que le Maire de Bordeaux est candidat aux prochaines élections législatives et peut-être sera-t-il un peu plus perméable aux requêtes citoyennes dans les semaines à venir. Si comme nous, vous rejetez ce projet, prenez quelques minutes pour le lui dire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *